Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LES FOULEES ROQUEBRUNOISES

* * * COURIR SUR LA MER * * *

29 Mai 2008 , Rédigé par Philippe




Dimanche dernier, se sont courues les FOULEES DU GOIS.

La course des "Foulées du Gois", a été créée en 1987, sur un site touristique unique : LE GOIS, chaussée submersible reliant l'Île de Noirmoutier à Beauvoir-sur-Mer sur le continent.
Cette course, événement principal de la journée, de renommée internationale, engage 30 athlètes confirmés contre la marée montante, sur une chaussée de 4 km que constitue le Passage du Gois. Les éléments naturels, tels que pavés, courants et vent sont aussi acteurs de ce grand moment.
Pour gagner les foulées, il faut être un athlète puissant et avoir de la chance. Il faut déjà savoir que le Gois est le point de rencontre entre deux courants marins. De leur union nait une vague que la plupart des coureurs suivent. Ce n'est pas une erreur, mais il arrive un moment où le courant de la Baie de Bourgneuf est plus fort que celui de Fromentine. La vague se déplace alors vers la droite et c'est là que les coureurs quittent la route. La vague n'est pas le seul piège. Le vent, la montée des eaux et surtout le courant sont les autres adversaires des athlètes. Une fois engagée, la lutte contre la mer est terrible. Le coureur ne peut plus faire demi-tour. Devant un tel défi, chacun se bat avec ses moyens.
L'impact médiatique des vingt premières épreuves fut très important puisqu'une couverture d'environ 45 minutes a déjà été effectuée par les chaînes nationales de télévision à des heures d'écoute privilégiées (journaux télévisés) . 

Plus d'infos sur ; http://www.lesfouleesdugois.com/

Lire la suite

* * * WOOLITE A TROUVE UN SPONSOR * * *

27 Mai 2008 , Rédigé par Philippe Publié dans #humour



Aprés de longues négociations, Woolite a enfin trouvé son sponsor.
NIKE a remporté la partie et le nouveau slogan sera bien sur " JUST WOOL IT "
A bientôt sur les pistes !!!!!
Lire la suite

* * * Alberto Salazar, marathonien de l'extrème * * *

25 Mai 2008 , Rédigé par Philippe Publié dans #historique

Il existe des coureurs qui marquent les esprits. Alberto Salazar, ancien marathonien cubain, naturalisé américain, aujourd'hui âgé de 44 ans, fait parti de ces coureurs atypiques.

Marathonien de haut niveau de 1979 à 1984, Alberto Salazar a détenu le record du monde de marathon de 1981 à 1984 en 2h08'13". Du haut de ses 1,81 m pour 64 kg, Salazar a remporté le marathon de New York en 1980, 1981, 1982.

Mais ce qui caractérisa Salazar, c'est d'abord et avant tout son caractère: athlète volontaire et orgueilleux, il voulait être le plus fort dans toutes les disciplines de la course à pied: piste, cross, marathon. Il amenait son propre corps aux limites du supportable: ainsi il perdit plus de 5 kg d'eau au cours d'un marathon couru en 2h15, soit 8% de son poids de corps... Largement de quoi provoquer une déshydratation profonde, un coma, un choc hypovolémique voire une crise cardiaque !!

On raconte que pour préparer le marathon des Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984, ville très polluée, il courrait dans son garage sur tapis roulant, avec le moteur de sa voiture en marche afin de s'habituer à la pollution !! Grand Favori des J.O, il s'écroula: diagnostic, surentraînement.

Puis il stoppa sa carrière en 1985 car affecté par des blessures multiples au genou et au tendon d'Achille. Mis au repos forcé par un corps et un mental qui l'abandonnent, Salazar connut alors une très grande période de dépression et de fatigue latente dûe à des années de surentraînement en pleine chaleur et dans des conditions particulières...

«Durant des années, j'étais si épuisé que je m'endormais au bureau. Je n'avais plus aucune énergie. Un simple footing m'anéantissait.» affirmait-il au début des années 90. Puis, est venu le temps de la ressurection sportive pour Salazar avec le lancement du... Prozac. « On me l'a conseillé et en trois jours je me suis senti mieux. » Peu après, il remporta en Afrique du Sud le marathon Comrades, la course la plus dure au monde, et aujourd'hui, bat tous les records nationaux vétérans aux USA...

 
Lire la suite

***VIVA MARIA***

24 Mai 2008 , Rédigé par Bernard Publié dans #anniversaires


Viva Maria,Viva  Maria, c'est le titre d'un film des années 60,mais aujourd'hui VIVA MARIA c'est le titre à la une de notre site .

VIVA MARIA RICCIOLI car cette journée nous te la dédions, un an de plus et nous espérons tous une nouvelle année de course avec nous

VIVA MARIA ET TANTI AUGURI MARIA

Bernard


Lire la suite

* * * UNE RANDO DE OUF !!! * * *

22 Mai 2008 , Rédigé par Philippe Publié dans #activités hors club


Si vous avez le coeur bien accroché, voici le chemin du roi en andalousie ou il n'est pas question d'organiser une course à moins d'accepter 50% de pertes chez les coureurs.

El Camino del Rey? C’est un chemin à flan de falaise, dans le parc naturel de Los Ardales près de Malaga dans le sud de l’Espagne. Ce Caminito del Rey, construit en 1901 pour les besoins de la construction d’un barrage fait à peine 1m de large et surplombe le vide de plusieurs centaines de mètres par endroit. Le camino est tombé dans l’oubli depuis ce temps et tombe en lambeaux. Il est cependant devenu le lieu des adeptes du vertige, mais à leur risques et périls. 4 personnes y sont décédées en 1999 et 2000. Une vidéo ci-dessous, ne faites pas comme lui, c’est un équilibriste professionnel!

 

Lire la suite

***Grande braderie aux Foulées***

22 Mai 2008 , Rédigé par Bernard Publié dans #anniversaires

Approchez, approchez Les Foulées Roquebrunoises sont heureuses de vous inviter à leur grande vente annuelle.

N'hésitez pas à l'approche de la saison d'été  venez voir, toucher et emporter les plus beaux spécimens de la Côte d'Azur. Tout bio , aucune manipulation génétique,aucun produit  transformant la masse musculaire,rien que du naturel ,élevé en plein air et en liberté,cours de longues heures sans se fatiguer.

Le produit que nous sommes heureux de présenter aujourd'hui fête juste son anniversaire, en pleine force de l'âge . Il est aussi efficace sur le terrain qu'au foyer, il vous sera d'agréable compagnie pendant vos longues soirées. Nous possédons un exemplaire unique.

FAITES VOS OFFRES SOUS PLI FERME A :

MARC CROSET

LES FOULEES ROQUEBRUNOISES

06190 ROQUEBRUNE CAP MARTIN

 

PS : rajouter le mot de passe JOYEUX ANNIVERSAIRE MARC

 


Bernard

 

Lire la suite

* * * LE RELAIS DE SAVIGLIANO * * *

19 Mai 2008 , Rédigé par Philippe Publié dans #courses



Trés bonne ambiance au relais de Savigliano même si les résultats n'étaient pas au rendez vous.
Nos équipes terminent 64 iémes et 76 iémes sur 92 au total.
L'accueil Italien a été égal à eux mêmes, c'est à dire excellent avec mille attentions pour nous.

Une petite photo qui va éclairer les commentaires précédents ( pardon Michel ; c'est toi qui fait les frais de mon nouveau logiciel !!!!! )


Les photos sont sur ; http://lesfouleesroquebrunoises.over-blog.com/album-1146289.html
Lire la suite

* * * ERMANNO VIDALI VAINQUEUR A BELVEDERE * * *

19 Mai 2008 , Rédigé par Philippe Publié dans #courses



C'est en vainqueur au scratch qu'Ermanno a fini la course de Belvédére.
Toutefois dans l'article du jounaliste en pages sport de Nice Matin, s'est glissé une grande erreur ; à cause d'un probléme de compéhension en Italien, l'article parle d'une personne autre qu'Orietta comme l'amour de sa vie !!!!
Que l'on se rassure, ce trés sympatique couple est toujours uni et c'est bien Orietta qui donne des ailes à Ermanno !!!!!


les photos sont sur ; http://lesfouleesroquebrunoises.over-blog.com/album-1146272.html
Lire la suite

* * * COURIR CONGELE * * *

16 Mai 2008 , Rédigé par Philippe Publié dans #conseils



La science démontre qu’un corps d’athlète d’endurance refroidi artificiellement produit des résultats étonnants. Ainsi, le gilet top secret porté par Viktor Röthlin.

Après la combinaison siliconée des nageurs, conçue dans les laboratoires de la NASA, une autre avancée technologique marche sur Pékin : le gilet de refroidissement. Favori du marathon, Viktor Röthlin a étrenné le premier prototype, l’automne dernier, aux Mondiaux d’Osaka. Il a terminé troisième, imperméable à la chaleur, et écœuré une vaste cohorte africaine. A l’arrivée, sa température corporelle culminait à 37,5 degrés, contre une moyenne historique de 39,6, des marathoniens atteignent parfois 42 degrés, seuil de tolérance extrême. Le « système de refroidissement » innové par Viktor Röthlin induit probablement un effet placebo, mais il serait imprudent de lui intenter un procès en sorcellerie : selon une étude de l’Université de Dortmund, l’apport énergétique est régulièrement mesuré à 3 %. « Il s’agit d’une avancée énorme. Des sportifs ont consulté le Dr Fuentes pour moins que ça », jubile la chercheuse Sandra Ückert. Tous les manuels le disent : pour bien courir, il faut s’échauffer. Mais une autre réalité scientifique, non moins fondamentale et archaïque, soutient que pour courir futé, il faut courir congelé. « Cœur froid, muscles chauds », schématise Urs Boutellier, physiologiste du sport à l’EPFZ, cité par la SonntagsZeitung.

« La médecine sportive cherche depuis longtemps à refroidir le corps en action. C’est un principe élémentaire », rappelle le Dr Daniel Blanc. « Au moment de l’effort, nous importons de l’oxygène et rejetons du gaz carbonique. Cet échange, appelé respiration, engendre une hausse de la température corporelle. Pour l’amenuiser, nous faisons intervenir la convexion (mécanique des fluides résultant d’un changement de température). Nous pouvons boire de l’eau froide en grande quantité, mais nous risquons des crampes d’estomac. Nous pouvons aussi prendre un bain glacé, selon le remède que nous appliquons aux bébés fiévreux » . Daniel Blanc croit au système artificiel de refroidissement : de l’empirique, il acquerra une crédibilité scientifique, « comme souvent en médecine ». « Pour obtenir la convection dans un idéal de performance, nous devrions courir sous vaporisation permanente. Nous perdrions moins de chaleur et éprouverions une sensation de bien-être familière, la même qu’en sortant d’une piscine, avec l’effet des particules d’air sur la peau mouillée. A cet égard, le gilet de refroidissement est un concept prometteur. Il n’est rien d’autre que l’application à l’adulte du bain glacé des bébés ».

L’Université de Dortmund a expérimenté « la convection assistée » sur vingt athlètes. Tous devaient courir aussi vite que possible, jusqu’au bout de leurs forces, par une température ambiante de 30 degrés et un taux d’humidité de 50 %. L’étude a exploré trois configurations : courir après un bon échauffement, sans échauffement et, enfin, avec un gilet de refroidissement dès la vingtième minute d’effort. Résultats : dans le premier cas, le groupe a atteint le point de rupture après 27 minutes, dans le deuxième cas après 30 minutes et, en tempérant ses ardeurs, après 32,5 minutes ! Les expériences en chambre froide produisent des résultats identiques : l’athlète gagne quelque 10 % de résistance à l’effort. Bien renseignées, les grandes puissances de l’industrie sportive auraient passé commande, notamment la Chine (cinquante installations dans le pays selon la rumeur), Manchester United et Chelsea. « La chambre froide accroît la fermeté des muscles, expose Sandra Ückert. Une fois « décongelés », les pieds d’un footballeur ou les mains d’un handballeur tirent plus fort ». La Nati s’y est essayée à des fins roboratives : une veste réfrigérante a circulé dans le vestiaire à la mi-temps de Suisse - France, au dernier Mondial allemand, un jour de canicule étouffante, le gardien Pascal Zuberbühler aurait perdu 4,3 kilos sur l’ensemble de la rencontre.

Des experts estiment que la régulation thermique agit autant sur la performance que la quantité de globules rouges. « L’importance du budget chaleur dans la pratique du sport reste totalement sous-estimée », soutient Urs Boutellier. D’autres praticiens sont moins formels, à commencer par Beat Villiger, médecin de Swiss Olympic : « Je ne saurais dire si le gilet porté par Viktor Röthlin à Osaka l’a davantage encombré ou soulagé. Pour les épreuves d’endurance, je préconise plus simplement de boire beaucoup d’eau, à fréquence régulière ». Boire reste une alternative économique aux vestes réfrigérantes, vendues dans le commerce à partir de 300 francs, liquide non compris. Or, les solutions les plus résistantes à la chaleur, à base de gels, valent parfois le prix d’un Château Yquem. « Je n’ai encore jamais prescrit de gilet, reconnaît Daniel Blanc. Je pense que leur utilité est circonscrite aux épreuves de longue durée, voire à un certain type d’effort. Les participants aux 20 km de Lausanne, ce samedi, n’ont pas besoin de gilet. Les cyclistes non plus car, à 50 km/h, ils produisent de l’air en suffisance pour obtenir une convection. A moins de gravir des cols en pleine chaleur... »

Les défauts de la cuirasse : son poids et, fatalement, la manipulation périlleuse que constitue l’introduction d’une eau à - 20 degrés, derrière la nuque, en plein marathon, en ayant perdu de la lucidité en route. A Osaka, après avoir changé son liquide de refroidissement lors d’un « arrêt au stand », Viktor Röthlin a reçu un coup accidentel au visage. De l’eau glacée a coulé sur son front et l’a aveuglé sur deux kilomètres. Son entourage a parlé de « gilet miracle ». Impossible de connaître la composition des fibres textiles, vecteur complexe et, dans l’espionnite générale, jalousement tu. Viktor Röthlin précise sobrement que les poches de son gilet, plaqué contre la colonne vertébrale, contenaient non plus du gel, mais « une sorte d’eau distillée » qui, à travers les fibres, agit directement sur la peau. Le procédé fait froid dans le dos, mais ne comporte aucun risque de « condensation » sur les muscles chauds, assure Daniel Blanc : « La peau et la graisse constituent d’excellents isolants thermiques ». Seule réserve : « Je voudrais connaître la sensation d’un coureur « réfrigéré » lors des cinq premiers kilomètres, quand le gaz carbonique n’a pas encore augmenté notablement la température corporelle ». Bien sûr, l’échauffement reste le prélude obligatoire à toute souffrance sollicitée. Il permet d’amener graduellement les muscles à ébullition, et d’apprêter le système cardio-vasculaire, respiratoire et ostéo-articulaire. Pour un jogging de moyenne intensité, on compte généralement cinq minutes de préparation. Une fois chaud, il est temps de mettre sa veste et de prendre le frais.

Lire la suite

* * * DIMANCHE PROCHAIN / LE RELAIS DE SAVIGLIANO * * *

15 Mai 2008 , Rédigé par Philippe Publié dans #annonces courses

                                                              
 




Dimanche prochain, deux équipes des Foulées participeront au relais de Savigliano.
Nous allons parcourir des paysages magnifiques en répondant à l'invitation de nos amis Italiens.
Le wek end end ne sera pas de trop pour visiter la ville ( surtout ses restaurants .... )
Vous aurez des photos de la course dés dimanche soir.

                                                              Foulées Roquebrunoises

                                                                   FR 1         FR 2

Relais 1  Savigliano  - Suniglia   5.9 km     Agnès      Stéphane

 

      «   2  Suniglia - Villafalletto 10.8 km   Marc         Olivier

                               

      «  3   Villafalletto - Busca      7.5 km  Philippe C  Marina  

          

      «  4   Busca - Rossanna          7.6 km  Etienne      Michel

 

      «  5   Rossanna - Venasca       6.7km  Philippe M Théresa   

                                                                                           

      «  6   Venasca -  Valmala        6,7km  Alexia         Patrick             

                                                                            

      «  7   Valmala - Sanctuario     6.5km  Danielle      Cathy

                                Valmala                                                                               

 

       Deux voitures par équipes seront obligatoires pour suivre et préparer les relais. La première voiture devra avoir en son bord le futur relayeur et devra arriver au moins 2O minutes avant le relais

 Pour que le relayeur puisse réchauffer.

 

 

Le  rassemblement est prévu Une heure avant le départ qui sera donné à 7H 30 au Stade Communal de Savigliano tout prés de l'hôtel.

Au plus tard Un quart d'heure avant  le départ du 1er relais nous devons partir avec les voitures au prochain relais.

Durand l'échauffement restez toujours près du passage du relais de préférence sur la partie des 5oo cents dernier mètres de coureur qui arrive, de manière à le voir arriver et d'aller vite rejoindre la zone passage de relais. Les chronos se font que lorsque vous passez le témoin.

Lorsque le coureur est arrivé laissez le se changer un prendre une boisson  



Lire la suite
1 2 3 > >>